Cabinet d'ostéopathie à Narbonne
 
line decor
  
line decor
 
 

Rejoignez le Cabinet :
 
 
 



 
 
LA DESENGRAMMATION OSTEOPATHIQUE ENERGETIQUE 
 

 

L’être vivant a en lui toutes les possibilités d’adaptation, d’autodéfense, d’autorégulation et d’autoguérison. On appelle cela l’HOMEOSTASIE.

La DESENGRAMMATION fait partie de cette homéostasie. C’est une procédure physiologique spécifique qui s’effectue au sein du cerveau primaire* et qui permet de lever les barrages énergétiques mis en place ou subit par l’organisme et qui lorsqu’ils persistent sont les prémices de la maladie.

* Le cerveau primaire est un cerveau archaïque qui gère l’ensemble des métabolismes de la vie et nos relations avec l’extérieur. C’est un cerveau « animal » et régulateur. Il reçoit les informations de l’extérieur et de l’intérieur, en fait la synthèse et renvoi les instructions via les hormones, les enzymes, des substances chimiques ou des protéines qui vont régler nos fonctions biologiques. Il est le réceptacle de toutes les informations biologiques, émotionnelles, affectives, relationnelles et comportementales qui nous concernent.

Quelles sont les limites de l’efficacité de la désengrammation ?

La désengrammation n’est efficace que dans les limites des possibilités de récupération biologique ou d’adaptation physiologique de l’être vivant. Tout est fonction de l’énergie disponible et de la qualité cellulaire.

La désengrammation est une médecine simple, qui recherche avant tout les causes des dysfonctionnements. C’est une médecine de première intention, efficace dans la plupart des cas, sans danger, non traumatisante et pouvant se pratiquer à tout âge et dans n’importe quelle condition.

Quelles sont les indications de la désengrammation ?

Toutes les pathologies sont susceptibles d’être améliorées ou guéries.


LA DESENGRAMMATION TRAUMATIQUE

Accidents de la route, traumatismes sportifs, chutes ou chocs relativement violents peuvent créer une fixation émotionnelle qui va empêcher la restauration complète des éléments structurels. Le whiplash (coup de fouet ou coup du lapin) est un exemple très fréquent de traumatisme laissant des séquelles parfois chroniques. Tant que cette fixation persiste, il ne peut y avoir de restauration complète, le cerveau garde le traumatisme en mémoire et crée une zone de blocage énergétique dans le lieu du traumatisme.

La désengrammation lève le blocage et permet, même plusieurs années après, la restructuration des tissus lésés et la cessation des douleurs.


LA DESENGRAMMATION PSYCHOSOMATIQUE

Le psychisme est une des grandes causes de souffrance et de maladie du corps physique. De la même façon que dans le traumatisme physique, les traumatismes psycho-émotionnels ou psychoaffectifs peuvent engendrer de véritables perturbations physiques et se décompenser en maladies graves.


La désengrammation permet même, si le traumatisme est ancien, de libérer l’ « engramme » c’est à dire la mémoire émotionnelle du traumatisme et délivrer le patient de se souffrance.

La désengrammation ne se substitue en aucune manière à la psychothérapie ou à la psychanalyse. Le but n’est pas de résoudre le problème du patient mais bien de tenter d’en limiter les effets sur le corps physique. C’est pourquoi dans ce concept le patient n’a nul besoin de verbaliser son conflit mais simplement de l’évoquer mentalement. Enfin, il est évident que dans ce concept la notion de maladie psychosomatique perd tout son caractère péjoratif et au contraire prend en compte l’influence prépondérante du psychisme sur le corps physique.


DESENGRAMMATION DES ALLERGENES ENVIRONNEMENTAUX

L’allergie du grec allos « autre » et ergon « action » définit parfaitement ce que le « moi » de chaque individu peut avoir de réactivité par rapport à son environnement. Nous connaissons naturellement les allergies courantes comme la poussière, le pollen, les poils de chats, les acariens, les allergies alimentaires ou les produits toxiques.


LA DESENGRAMMATION EN PRATIQUE

Sans rentrer dans les détails techniques, chaque élément matériel, chaque onde, crée un champ électromagnétique qui va rentrer en relation avec notre propre champ énergétique. Soit ce champ étranger est accepté par nos cellules sensibles soit il sera rejeté s’il est néfaste ou devient trop important.

Au delà de cette notion, nous pouvons globaliser ces phénomènes en disant que tous les éléments qui nous entourent, et même ceux qui nous composent, créent en nous soit une attraction, soit une neutralité bienveillante soit une répulsion. Il peut en aller ainsi de la nourriture, des produits, des objets, les êtres que nous côtoyons et même pour les ondes, les couleurs, les sons…

Ce sont les modifications du mouvement des membranes crâniennes qui déterminent, pour le praticien, la réaction du patient au produit ou à l’élément présenté.

La correction se fera en désengrammant le cerveau suivant un protocole précis, par rapport à la substance en cause.

Les résultats sont, comme dans toute thérapie, conditionnés par la qualité énergétique du sujet, l’ancienneté et le degré de l’allergie.



Quelques exemples de cas par le créateur du concept de la désengrammation en ostéopathie : Mr FOISSY (Ostéopathe DO)

Cas n°1 : La bague au doigt

Mme F vient consulter pour une douleur du bras gauche avec irradiation dans la main et des cervicalgies depuis 1 an. Elle a consulté médecins, spécialistes…sans résultats. Je teste les méridiens énergétiques et trouve un blocage important sur le méridien du Triple Réchauffeur à gauche (ce méridien commence sur l’annulaire). Le seul bijou que porte cette dame est une alliance. Je lui demande de l’enlever, ce qu’elle ne peut faire qu’avec beaucoup de difficultés et de la vaseline tellement l’anneau est incrusté dans la chair. Je désengramme la bague et libère le méridien. Aussitôt cette patiente peut lever le bras, seule subsiste une petite douleur dans certains mouvements.

Je la revois huit jours après. Les douleurs ont pratiquement disparu. Elle me demande : « Mais comment cela peut-il se faire ? Cette alliance, je l’ai depuis 32 ans, et je n’ai mal que depuis un an… ». Je lui réponds : « C’est parce ce qu’il s’est passé quelque chose de nouveau depuis 1 an ! » « Ah oui, me dit-elle, j’ai grossi de 10 kilos l’année dernière ». Le doigt a gonflé, mais la bague ne s’est pas agrandie pour autant et bloque la circulation sanguine, et à plus forte raison, l’énergie profonde à l’entrée du méridien.

 

Cas n°2 : Perroquet

Mr H vient me voir pour un problème de lombalgie (récurrentes qui se produit tous les ans au printemps) ainsi que des éternuements fréquents le matin, ceci depuis très longtemps. Le printemps étant la saison du Foie, je soupçonne ce dernier d’être en cause, et les tests montrent un blocage énergétique bilatéral du méridien.

Ce monsieur est sportif et fait très attention à sa nourriture. Je ne retrouve rien au niveau des allergies alimentaires. En fin de séance, n’ayant trouvé aucun lien avec le Foie, je m’apprête à le traiter de façon classique pour sa lombalgie, mais avant en dernier recours, je lui demande si par hasard il ne s’est pas mis en colère ces derniers temps (la colère fait monter l’énergie du Foie). Il me dit : « Non, mais il n’y a qu’une seule chose qui me mette en colère, c’est mon perroquet ! ». Ce monsieur a un perroquet depuis 20 ans et je pense à une allergie à la plume.

Le test le montre très allergique à la plume, matière que je désengramme immédiatement et qui libère l’énergie du foie ainsi que la douleur lombaire.

 

Cas n°3 : Garder la forme

Mr A souffre de reflux gastro-oesophagien et d’un psoriasis depuis 15 ans. Les tests montrent des blocages centrés sur le foie et l’estomac. Après avoir désengrammé une bonne partie des laitages que ce monsieur consomme en abondance, le foie se libère.

Reste le problème du reflux à résoudre. Je passe donc en revue toutes les possibilités d’irritation stomacale : épices, alcool, tissus,…sans résultat. Au cours de la conversation ce patient me dit être sportif et faire du footing 3 fois par semaine. Pour garder la forme, il prend un complexe poly-vitaminé chaque matin. « Depuis combien de temps ? », demandai-je « Oh ! Depuis au moins 10 ans ».

Je teste alors un complexe de vitamines analogues et ce monsieur se révèle très allergique à ce type de produit. Après une désengrammation assez longue, le blocage de l’estomac se libère immédiatement. Les reflux diminuent progressivement à la suite du traitement.

 

Cas n°4 : Histoire de montre

Mme B vient me voir pour une tension douloureuse récurrente dans le trapèze gauche. Les tests montrent un blocage énergétique du méridien Triple Réchauffeur à gauche avec un point hyperalgique sur le trajet. Je vérifie les bijoux portés à la main gauche et je m’aperçois qu’une grosse montre en or bloque la circulation de ce méridien. Je propose à cette personne de désengrammer la montre et de ne pas la porter pendant 25 heures. Lorsque je revois cette patiente après, je suis surpris de voir que l’allergie à ce bijou est revenue malgré mes indications suivies scrupuleusement par cette dame. Je décide donc de redésengrammer la montre, mais le cerveau refuse obstinément d’accomplir sa tâche. Je suis perplexe car c’est la 1ère fois qu’un tel événement se produit. Je demande donc à cette personne d’où provient cette montre. Elle me dit que c’est un cadeau de son mari. J’insiste pour savoir à quelle occasion ce cadeau lui a été offert et cette dame me raconte que revenant un jour des magasins, elle s’apprête à monter dans sa voiture lorsque deux petits voyous l’agressent. L’un lui met un couteau dans le dos et essaye de lui arracher une bague pendant que l’autre arrive à lui extorquer sa montre. Le mari juste après cet incident lui a offert pour la consoler une montre identique qu’elle porte maintenant à son poignet. Je suppute alors un engramme mixte, c’est à dire que le cerveau a associé la montre avec l’agression dont cette personne a été victime.

Le reste était simple. Tout d’abord désengrammer l’agression par visualisation et évocation, ce qui fut fait. Le teste de la montre ensuite se révéla négatif. Lorsque je revis la patiente quelques jours plus tard, la montre ne présentait plus aucune trace de perversité, et les douleurs et contractures avaient disparu.

 

Cas n°5 : Drôle d’engramme

Mme C est venue me voir pour des problèmes de lombo-sciatalgies ainsi que des douleurs sternales. Je réussis à rééquilibrer l’ensemble des méridiens en travaillant sur la nourriture, mais 3 méridiens à droite restent obstinément bloqués : le Triple Réchauffeur, l’Intestin grêle, et le Gros intestin. Après deux ou trois traitements effectués sur des allergies médicamenteuses, je détecte un blocage au niveau d’une bague à 3 anneaux qui perturbe le méridien Triple Réchauffeur. Je décide de désengrammer le bijou, sans succès. Par contre le fait d’enlever la bague libère d’un seul coup les 3 méridiens concernés.

Après un interrogatoire plus spécifique nous remontons avec la patiente jusqu’à un traumatisme crânien avec perte de connaissance survenu 3 ans auparavant. Il s’agit d’une voiture qui l’a heurtée du côté droit du crâne. J’essaie de faire la corrélation avec la bague aux 3 anneaux et cette personne me précise qu’elle avait l’habitude de jouer avec cette bague et qu’au moment de l’accident elle l’avait effectivement dans la main et l’a ensuite récupérée par terre. Le cerveau émotionnel a enregistré ce détail.

 

Cas n°5 : Même chez le nourrisson

Mme F est venue avec sa fille âgée de 10 mois. Elle souffre de bronchiolite, d’asthme depuis 6 mois et de mal des transports en voiture.

Le test montre un blocage bilatéral des bronches et des poumons. La cause de ce blocage : la pollution atmosphérique ainsi que le pétrole brut.

Je désengramme ces éléments sur 3 séances.

1 mois ½ après sa 1ère visite, plus d’asthme, plus de bronchiolite, plus de mal des transports en voiture.

 

Cas n°6 : Problème ORL

Mr M vient consulter pour des sinusites allergiques depuis un an avec rhinite et conjonctivite. Je retrouve un blocage sur la poussière de maison, les arbres et le pollen que je désengramme. Dix jours après j’effectue une 2ème séance de désengrammation. Dix jours après, plus d’allergie, plus de sinusite, plus de conjonctivite.